Je considère la photographie comme une passerelle qui ouvre sur un film figé, tel un roman, on détient tous les éléments pour imaginer l’histoire sans que cette dernière ne soit complétement dictée afin de transcender l’instant pour pénétrer l’imaginaire.